santé

Qu’en est-il de la mise en place de la complémentaire santé en entreprise ?

Le 9 mars dernier, un premier bilan se portant sur la généralisation de la complémentaire santé a été émis. Il est indiqué que la transformation se fait doucement, contrairement aux prévisions.

Les chiffres montrent que 20% des entreprises n’appliquent pas encore la loi de janvier 2013 concernant la sécurisation de l’emploi. Le fait qu’il n’y a pas de véritables sanctions les conduit à demander du temps. Cela dit, les entreprises non équipées peuvent risquer des plaintes auprès prud’hommes ou un redressement de l’URSSAF. Selon la CGPME, la majorité des entreprises en retard à l’application de la loi sont des TPE comptant moins de 20 salariés. La raison est soit un refus de verser davantage de charges, soit un manque de temps. La confédération souligne qu’afin de compenser cette nouvelle charge, les employeurs peuvent être contraints de limiter les augmentations de salaire. La meilleure mutuelle santé pour entreprise vise à favoriser la santé des salariés, améliorant du coup la compétitivité de la société, ajoute-t-elle.

Pour les entreprises mises en conformité, environ 20% a préféré une couverture de soins minimum, 20% a choisi un nouveau de couverture supérieur, avec un remboursement plus conséquent de l’optique et du dentaire. Pour les autres entreprises, elles ont opté pour une couverture de soins moyenne.

D’après les analyses, cette législation permet de revoir les couvertures existantes et de standardiser le portefeuille de mutuelles. Plusieurs salariés couverts par le contrat collectif de l’entreprise ont préféré conserver leur ancienne mutuelle individuelle et l’utilisent comme surcomplémentaire.

Une baisse des tarifs chez les cliniques et hôpitaux

Dans le milieu hospitalier, afin de ne pas dépasser 3 milliards d’euros en 3 ans, l’État a réduit de 1% les tarifs auprès des cliniques et hôpitaux. Pour leur part, les établissements privés bénéficient d’une baisse de 1.65%, l’État y compte la récupération des privilèges du pacte de responsabilité ainsi que du CICE (d’une hauteur de 0.65%). Cette diminution des tarifs vise surtout à éviter que les patients ne restent trop longtemps à l’hôpital, ce qui favorise davantage l’hospitalisation à domicile où les tarifs ont augmenté de 0.4%.